LE CHANGEMENT

5e dimanche après Pâques,

avec saint Jean-Marie Vianney (saint curé d’Ars)

 

Vous allez vous faire confirmer, mon frère, c’est très bien; mais ce n’est pas tout. Il faut qu’après avoir reçu ce sacrement vous ne soyez plus le même. Comme les apôtres, il ne faut plus qu’on vous reconnaisse; il faut que l’assiduité aux saints offices, la délicatesse au sujet du travail du dimanche et l’exactitude dans la fréquentation des sacrements, prennent la place de votre indifférence pour le service de Dieu, de votre peu de respect dans sa maison, et enfin, de votre froideur et de votre négligence. Hélas ! Que de chrétiens vont recevoir ce sacrement, sans qu’il opère en eux cet heureux changement ! Par conséquent que de de chrétiens vont le recevoir indignement ! Ô mon Dieu, que de chrétiens damnés !