LES VICES

11e dimanche après la Pentecôte, sur la médisance

avec saint Jean-Marie Vianney (saint curé d’Ars)

 

Quelle est, en effet, la conduite de la plupart des chrétiens de nos jours ? La voici. Critiquer,   censurer, noircir et condamner ce que fait et dit le prochain : voilà de tous les vices le plus commun, le plus universellement répandu, et, peut-être, le plus mauvais de tous. Vice que l’on ne pourra jamais assez détester, vice qui  a les suites le plus funestes, qui porte partout le trouble et la désolation. Ah ! Plut à Dieu, de me donner un de ces charbons dont l’ange se servit pour purifier les lèvres du prophète Isaïe (Is 6,6-7), afin d’en purifier la langue de tous les hommes ! Oh ! Que de maux l’on bannirait de dessus la terre, si l’on pouvait en chasser la médisance ! Puissé-je, [mes frères], vous en donner tant d’horreur, que vous ayez le bonheur de vous en corriger pour toujours !